Mot du Coordonnateur

Dans un temps relativement court, Internet est devenu un instrument indispensable de la société d’aujourd’hui. La prise de conscience croissante de l’impact social, économique et politique de l’Internet sur la société a conduit à un large consensus pour construire une société de l’information inclusive, et a porté la question de la gouvernance de l’Internet sur le devant de la scène.

Aujourd’hui plus que jamais, la puissance extraordinaire de l’Internet ne fait l’ombre d’aucun doute : 3 milliards d’internautes dans le monde (IUT, 2015),40% de croissance globale (IUT, 2012), 40 millions de cartes de crédits volées (ISOC, 2016) etc…l’internet fait partie intégrante de notre vie. Internet offre des outils indispensables pour améliorer les standards de vie et renfoncer le dialogue des cultures, la paix et la démocratie dans le monde.

Depuis sa création en 1992, l’ISOC s’est donné pour mission de façonner l’Internet, et de de faire à ce que l’Internet soit pour tous, et pour chaque citoyen du monde le monde.

Le constat qui a été fait depuis le début des années 2000 est que le Congo ne s’intégré que très lentement dans la dynamique l’économie numérique et de la société de l’information, et ne fait que peu d’effort pour créer puis étendre les bénéfices de l’Internet a tous les citoyens, particulièrement aux faibles et aux vulnérables qui sont restés longtemps silencieux. Voilà qui a été à la base de la création du chapitre congolais de Internet society (ISOC).

L’ISOC-CG qui se considère comme ‘le bras de l’ISOC ’ est un instrument local au service des citoyens, pour aider à informer, expliquer et convaincre l’ensemble de parties prenantes sur la puissance réelle que constitue Internet, pas comme une fin en soi, mais comme une valeur ajoutée pour appuyer les efforts de développement et l’épanouissement individuel de chaque habitant. L’ISOC-CG s’engage aussi à, encourager le gouvernement à implémenter la politique de l’accès anniversaire, ce qui étendra le réseau et les services Internet dans le pays.

A la fin du SMI, la communauté internet avait décidé que l’internet soit gouverné par l’ensembles des parties prenantes (gouvernement, secteur privé, société civile). L’ISOC-CG fait de la gouvernance de l’internet un credo important de son action sur le terrain.

Je suis convaincu que lorsque toutes les parties prenantes du pays mettront leurs mains ensemble, sans duplication des efforts, nous parviendrons à jouir de la plénitude potentielle qu’offre Internet. De cette façon, le Congo et le monde seront des lieux où il fait bon vivre, et notre pays pourrait enfin peser dans les affaires du monde et le monde des affaires.

Jean Philémon KISSANGOU